le 29 novembre 2010

A quoi sert la carte vitale ?

Apparue en 1998, la carte vitale, prenant les dimensions d’une carte de crédit, de couleur verte, est alors venue remplacer le document papier matérialisant la carte de sécurité sociale. Faisant figurer le nom de l’assuré social, elle revêt également un caractère familial dans la mesure où elle réunit toutes les informations nécessaires sur les ayants droit. Délivrée à titre gratuit, par l’assurance maladie, elle est transmise par voie postale, au domicile de son titulaire.

La carte vitale rassemble donc désormais tous les renseignements, autrefois contenus dans l’ancien document papier, à savoir les noms, prénoms et dates de naissance, de l’assuré social et de ses ayants droit, ainsi que la durée pendant laquelle les prestations accordés à son détenteur restent encore valables. Les coordonnées du centre de paiement et de l’éventuel organisme complémentaire peuvent aussi y être parfois mentionnées. En revanche, pour l’instant, même si le projet fut, un temps, évoqué, elle ne contient pas la moindre donnée médicale.

Son utilisation a lieu, à chaque fois, que l’assuré social entre dans un parcours de soins, aussi bien lors d’une consultation chez un médecin, que pour des achats réalisés dans une pharmacie, ou encore à l’occasion d’une hospitalisation. Simplifiant grandement les démarches, les différents professionnels de santé n’ont plus qu’à insérer la carte vitale dans le lecteur dont il dispose à cet effet, puis à remplir, de manière électronique, la feuille de soins, immédiatement communiquée à la caisse d’assurance maladie. Certains prestataires ne disposent cependant pas de l’équipement nécessaire et peuvent donc demander à consulter l’attestation papier délivrée en même temps que la carte vitale, l’assuré social devant alors faire parvenir, lui-même, la feuille de soins papier, qui lui a été remise, au centre de paiement dont il dépend, reprenant donc l’ancien système.

Nécessitant un nombre de démarches beaucoup moins important, l’utilisation de la carte vitale permet à chacun de gagner un temps considérable, dans la mesure où la plupart des renseignements nécessaires pour remplir une feuille de soins sont déjà contenus dans la puce électronique de la carte vitale, les professionnels de santé n’ayant plus qu’à les vérifier avant de les valider, tandis que le patient se voit, pour sa part, décharger de l’envoi de ces pièces, au centre de paiement, celui-ci se faisant de manière automatique, avec un remboursement intervenant également dans de meilleurs délais.

Lorsque que l’assuré social change de situation, il lui suffit alors de communiquer les justificatifs à son centre de paiement, accompagnée de sa carte vitale, qui lui sera alors retournée mise à jour ; celui-ci pouvant se contenter également de joindre les pièces nécessaires et de procéder, lui-même, à cette actualisation par l’intermédiaire de l’une des nombreuses bornes qu’il est possible de trouver dans de nombreux lieux publics, tels que les centres de paiement ou encore les pharmacies.

Valable pour une durée de trois ans, la carte vitale doit, quoi qu’il en soit, faire l’objet d’une remise à jour, régulière, le patient ayant également le droit de faire rectifier, à tout moment, les informations erronées qu’elle peut contenir.