le 29 novembre 2010

Est-il possible d’accéder à une complémentaire santé malgré de faibles revenus ?

En France, les personnes ne bénéficiant d’aucune affiliation à quelque régime social que ce soit se voient affiliées à la Couverture Maladie Universelle, plus connue sous ses initiales CMU, leur permettant d’accéder à l’assurance maladie, à condition de résider dans le pays, depuis plus de trois mois, de façon stable et de ne relever d’aucun autre régime social. Constituant la base de toute protection, il s’avère être, de plus en plus, indispensable, face à l’augmentation des dépenses médicales, de pouvoir bénéficier d’une complémentaire santé, représentée ici par la Couverture Maladie Universelle Complémentaire, la CMUC.

Accessible sous certaines conditions de ressources, cette complémentaire santé est placée, dans la plupart des cas, sous le contrôle de la sécurité sociale et permet de bénéficier du ticket modérateur, consistant dans la prise en charge des frais non remboursés par le régime de base, dans une certaine limite toutefois ; du forfait journalier, dans le cas d’une hospitalisation ; de la participation d’un euro facturée pour chaque acte médical ; des dépassements d’honoraires lorsque ceux-ci touchent aux soins dentaires, ophtalmologiques ou auditifs ; et du tiers payant.

La souscription à la CMUC se fait, selon le cas, par l’intermédiaire d’une Caisse Primaire d’Assurance Maladie, de la Caisse Générale de la Sécurité Sociale, du Régime Social des Indépendants, ou encore de la Mutualité Sociale Agricole.

Lorsque le bénéficiaire de la CMU présente des revenus supérieurs au plafond prévu mais que ce dépassement n’excède pas 20 %, celui-ci ne peut pas prétendre à la CMUC mais l’Aide Complémentaire Santé, l’ACS, autrement appelée le chèque santé, peut, tout de même, lui être accordée, consistant, cette fois-ci, dans un soutien variant, en fonction de la situation de chacun entre 100 € et 500 €, avec un versement directement effectué auprès de l’organisme complémentaire choisi par l’assuré social lui-même.

Valables pour une année seulement, il convient, pour chacune de ces prestations, de renouveler la demande d’attribution, de préférence, deux mois avant la fin des droits.

Le fait de remplir les critères pour pouvoir bénéficier de la CMUC ouvre également l’accès à d’autres avantages, tels que le Tarif Première Nécessité, le TPN, et le Tarif Spécial Solidarité, le TSS, et, qui plus est, sans qu’aucune autre démarche ne soit nécessaire. Permettant, dans le premier cas, de se voir accorder une réduction sur ses consommations d’électricité, l’économie moyenne constatée sur une facture annuelle s’élève à 77 €, grâce à une remise sur l’abonnement et sur les cent premiers kWh utilisés chaque mois. Le second dispositif permet, quant à lui, de percevoir une aide forfaitaire lorsque le moyen de chauffage utilisé fonctionne au gaz naturel, le montant de celle-ci s’élevant à 118 € pour un foyer abritant quatre personnes.

Offrant un maximum de garanties aux personnes présentant de faibles ressources et n’ayant donc pas la possibilité d’être affilié à un régime social classique, la CMU, la CMUC et l’ACS, rendent ainsi les soins médicaux accessibles à tous, et permettent, en plus, d’obtenir des soutiens supplémentaires afin de bénéficier des services indispensables à la vie quotidienne, tels que l’électricité et le gaz naturel, à moindre coût.